Planchette et ciel d’été

Photo prise avec un Canon EOS 750D au moins d’août depuis la campagne Auxeroise (donc en plaine, en bordure de village).

Une photo sans suivi, avec l’appareil posé sur sa monture pendant quelques minutes. On voit bien les arcs de cercles effectués par le mouvement apparent des étoiles. L’image est rapidement trop chargée, et augmenter le temps de pose ne fait qu’empirer les choses.

Sans suivi, il faut se contenter d’une quinzaines de secondes, selon la focale de votre objectif. Mais n’hésitez pas à faire des essais !

La même photo, avec le suivi manuel fait avec la planchette équatoriale (3 planches, 2 charnières et une vis).

Les étoiles restent (à peu près) ponctuelles, la forme de la voie lactée est clairement visible.

Augmenter le temps de pose améliore l’image jusqu’à 8 minutes, voir un peu plus selon la température ambiante, car au dessus le capteur génère du bruit sous forme d’un voile blanc.

En fait, il reste un léger filé dû à mes erreurs de suivi et d’alignement de la polaire.

Imaginez ce que vous pourriez voir en montagne dans un ciel non pollué (atmosphère et lumière)…

Et question subsidiaire : vous vous repérez dans un ciel comme celui-ci ?

Et pour finir une image posée 16 minutes, avec un suivi un peu plus sérieux (toujours en tournant une vis à la main…).

Le fond du ciel commence à balnchir, ce qui indique que c’est la limite du capteur pour la température (très agréable d’ailleurs) de cette nuit là.

La Voie Lactée est bien définie, avec des couleurs qui donnent une impression de relief.

Au premier plan, le grand sapin sur la gauche, très noir semble bien défini, mais le petit arbre feuillu dans le coin en bas à droite montre bien que l’appareil a bougé…

Dernière remarque : avez-vous remarqué la couleur des étoiles ? Et oui, les étoiles ne sont pas toutes blanches (en fait très peu sont blanches). Il est assez difficile de voir les couleurs, mais elles ressortent nettement à la photographie.